,

Quand Elle Avait 9 Ans, On N’a Pas Voulu L’opérer, Aujourd’hui, Les Images De Son Corps Font Frissonner !

La différence de Rebecca Dann, jeune femme britannique de 22 ans, lui a depuis son enfance, valu des railleries et des regards.

Elle souffre en effet de cyphoscoliose, et cette maladie a pour conséquence de courber la partie supérieure de sa colonne vertébrale, de façon anormale. Lorsque cette maladie lui a été diagnostiqué, elle n’avait que 4 ans et était loin de se douter de l’effet qu’elle aurait alors sur sa vie, comme par exemple l’aspect physique, les souffrances, les railleries, ou encore le harcèlement. Elle est alors surnommée « la bossue de Notre-Dame », et est mise de côté par ses camarades à l’école.

N’étant pas suffisamment corpulente, impossible pour elle de recourir à la chirurgie afin d’amoindrir la malformation. On lui apprend à ses 9 ans, que la courbure abîmera ses nerfs et que cela entraînera la perte de l’usage de ses jambes.

Néanmoins, la jeune femme s’oppose à ce que sa maladie gouverne sa vie et décide de réaliser son rêve en dépit de tout, celui de devenir photographe. C’est ainsi qu’elle alla étudier l’art à Farnham. Durant son cursus, elle s’occupe d’un sujet important pour elle, celui du regard que l’on porte sur les personnes handicapées dans la société. Cela a conduit à un magnifique projet de photographie dont elle est la vedette.

Photo facebook

Nommé « I’m Fine » (Je vais bien), ce projet n’est autre qu’une série d’autoportraits, sur lesquels elle est nue et où on peut voir son dos difforme. « « Aux prémices du projet, c’est sur les relations amoureuses lorsque entrait en jeu un handicap, que portaient les études. Puis, il a fini par se centrer sur moi qui m’acceptait telle que je suis » dit Rebecca. « Il s’agit en même temps d’un moyen de mettre au défi les appréciations en rapport avec la beauté et le handicap d’autrui, mais aussi un moyen d’affirmer au monde que « Je vais bien ». Je ne perdrai pas pied, je suis semblable à tout le monde, malgré mon handicap. »

Elle présenta son travail au concours de photographie « A Word of Unfairness » (Un monde d’injustice), qu’elle remporta brillamment. Mieux, ce sont des mains du très connu physicien Stephen Hawking, qu’elle reçut également une récompense pour son courage.

« Ne me regardez pas pour me mettre à l’écart une fois que vous aurez vu mon dos, » s’exprime-t’ elle, « je ne suis pas différente de vous ! ». Telle est désormais sa devise. Il n’est pas possible de faire autrement que d’apprécier sa détermination.

Source / Crédit photo : Instagram